Le 27 avril 1933, Monsieur Joseph Moitzheim a pu acquérir lors d’une vente aux enchères la maison située 8 rue Philippe II pour y installer son commerce et ses ateliers d’orthopédie.

La vente de cet immeuble fit grand bruit à l’époque. C’était en effet la première maison qui se vendait en ville à un prix dépassant 1 million de francs.

Au commerce de détail de matériel médical est venu s’ajouter la représentation générale pour le Grand Duché de la firme Ernst Leitz, fabricant renommé de microscopes optiques et autres instruments de mesures pour la médecine et l’industrie.

Pendant toutes ces décennies la vente de lunettes n’avait que peu d’importance dans l’activité commerciale de la maison Jos. Moitzheim.

Le métier d’opticien n’existait pas encore tel que nous le connaissons de nos jours. Les seules lunettes disponibles étaient des montures équipées de verres déjà montés dans la monture par le fabricant, un peu dans le style de ce que nous connaissons aujourd’hui avec ces pauvres petites » lunettes de lecture » toutes prêtes qu’on trouve dans tous les super-marchés et dans toutes les stations d’essence, pharmacies ou drogueries.

Souvent les fabricants de ces lunettes étaient les mêmes que ceux qui fabriquaient du matériel médical, ce qui explique pourquoi les lunettes étaient très souvent vendues dans les commerces de ce genre d’articles.

Mais peu à peu l’optique prend de l’importance, Les lunettes n’étaient plus vendues toutes prêtes, mais étaient fabriquées sur mesure suivant les ordonnances des ophtalmologues. Le premier atelier de montage pour lunettes au Grand-Duché fut installé par Joseph Moitzheim à la rue Philippe II à la fin des années 30. Les porteurs de lunettes avaient déjà le choix entre plusieurs modèles, on commençait à faire une différence entre montures pour hommes et pour femmes.

 
 
web design & development : h2a.lu